Bilans destinations,  Myanmar

Un mois au Myanmar : le bilan

Mingalaba les amis !

Quatrième destination de notre long voyage, après la Chine, Hong Kong et le Japon, le Myanmar – ou « Birmanie » pour les irréductibles Gaulois – nous aura charmé ! 

On dresse avec vous le bilan de nos trente jours dans ce pays encore peu touristique.

0
Jours
0
Temples
0
Heures de bus
0
Jours de trek
0
€ de budget à 2

Dans cet article, vous trouverez :

Notre itinéraire de trente jours au Myanmar ;

Un point détaillé sur notre budget ;

Nos coups de cœur et ce que l’on a moins aimé ;

Quelques informations supplémentaires, pour la route.

Notre itinéraire d'un mois au Myanmar

Avant de vous parler de notre itinéraire, dans le détail, nous vous rappelons que le Myanmar nécessite un visa pour y accéder. Vous pouvez faire une demande de e-Visa en ligne sur le site internet de l’Office Birman. Il vous coûtera 50,00 USD (soit environ 45 euros en février 2020). A partir de l’acceptation de la demande, vous avez trois mois pour entrer au Myanmar. Ce visa a une durée de 28 jours, décompté à partir du lendemain de votre arrivée dans le pays. 

Comme vous le constaterez, en grands rebelles que nous sommes, nous sommes restés trente jours au Myanmar, soit deux jours de plus que ce qui n’est autorisé par le visa. Nous avons payé chacun une amende de 3,00 USD par jour, soit au total 12,00 USD.

  • Jour 0 (non décompté dans le visa) : Arrivée tardive à Yangon ;
  • Jours 1 à 5 : Yangon ;
  • Jours 6 à 9 : Bagan ;
  • Jour 10 : croisière sur l’Irrawaddy de Bagan à Mandalay ;
  • Jours 11 à 13 : Mandalay ;
  • Jour 14 : repos à Kalaw ;
  • Jours 15 à 17 : trek de Kalaw au lac Inle ;
  • Jours 18 à 20 : Nyaung Shwe (lac Inle) ;
  • Jour 21 : transit jusqu’à Ngwe Saung ;
  • Jour 22 : Ngwe Saung beach ;
  • Jour 23 : transit jusqu’à Bago ;
  • Jours 24 et 25 : Bago ;
  • Jour 26 : transit jusqu’à Hpa-An ;
  • Jours 27 à 29 : Hpa-An ;
  • Jour 30 : passage de la frontière thaïlandaise.

Vous trouverez sur la carte ci-dessous, journée par journée, les endroits que nous avons visités. N’hésitez pas à cliquer sur l’icône en haut à gauche (celui avec une flèche et un rectangle) pour avoir une liste détaillée. 

Nous en avons profité pour vous répertorier les bonnes adresses que nous avons testées.

  • Prendre le train entre Yangon et Bagan (20h de train !) et découvrir des visages et paysages magnifiques ;
  • Jouer les aventuriers à travers les temples de Bagan (et observer des couchers de soleil incroyables !) ;
  • Trekker trois jours entre Kalaw et le Lac Inle avec notre guide Maung-Lan ;
  • Découvrir les anciennes capitales impériales autour de Mandalay grâce à notre chauffeur de tuk-tuk Htoo Htoo ;
  • Se la couler douce à la plage de Ngwe Saung ;
  • Faire des croisières paisibles sur l’Irrawaddy ou le lac Inle.

A vrai dire, comme le Myanmar est un pays encore en conflit à de nombreux endroits, il n’est pas possible de découvrir beaucoup plus de régions. 

Nous aurions aimé fouler le sol de Mrauk-U, sorte de Bagan plus sauvage encore, mais la zone a été bouclée et un permis était impératif pour y accéder au moment de notre venue. 

Nous avons également hésité à faire un trek dans la région de Hsipaw mais nous nous y sommes pris un peu en retard. Un guide est impératif pour visiter la région. D’ailleurs, lorsque nous étions au Myanmar, un couple qui avait voulu s’aventurer seul a fait la une des journaux : le garçon est mort en marchant sur une mine et la fille a failli se retrouver en prison pour être allée dans une zone interdite sans guide ! Ambiance…

Nous avons été globalement plutôt satisfaits de notre parcours

Toutefois, nous pensons avoir sous-estimé le temps passé à la plage de Ngwe Saung. C’est une fois sur place que nous nous sommes rendus compte que nous voulions rester plus longtemps. Toutefois, deux jours auparavant, nous avions réservé un hôtel à Bago. Comme nous n’avons pas particulièrement apprécié cette dernière, nous serions restés plus longtemps à la plage à Ngwe Saung, et serions allés directement à Hpa-An, sans aller à Bago.

Peut-être également aurions-nous passé une journée de plus à Bagan. Mais c’est seulement s’il faut chipoter !

Notre budget pour un mois au Myanmar

Nous avions initialement prévu de ne pas jouer les voyous, et de rester 28 jours au Myanmar (soit 27 nuits). 

Grâce au site Le Planificateur à Contresens, et certains blogs de voyage, nous avions prévu un budget sur place (hors avion, visa…) de 1296 euros pour deux personnes, pour 27 nuits sur place (soit 24 euros par jours et par personne).

Finalement, nous avons dépensé 1322 euros, en restant 3 jours de plus que ce que nous avions prévu, soit 22 euros par jour et par personne ! Nous sommes donc plutôt pas mal !

Budget
30 jours au Myanmar

1322 €
POUR DEUX AU TOTAL

661 €
PAR PERSONNE AU TOTAL

22 €
PAR PERSONNE PAR JOUR

 

Pour les détails, vous pouvez développer les points suivants.

💡 Pour info

  • Les prix indiqués sont pour deux personnes, sauf mention contraire ;
  • Nous sommes partis en novembre-décembre 2019 (les prix pourront changer selon votre date de départ).

Nous avons dépensé 422 € pour les logements (31.9 % du budget total). 

Les logements au Myanmar sont plutôt chers, lorsque l’on ramène leur prix à d’autres dépenses dans le pays, ou aux prix des logements ailleurs en Asie du Sud-Est. Le tourisme est encore balbutiant, et l’offre hôtelière n’est pas immense. De plus, pour réduire encore un peu le choix, les hôtels pouvant accueillir des étrangers doivent avoir une autorisation spéciale.

Les autres options telles que Air Bnb ou Couchsurfing ne sont pas répandues, voire même interdites : les birmans n’ont pas le droit de recevoir d’étrangers chez eux, sauf autorisation spéciale (notamment dans le cadre d’un trek). 

En résumé, nous avons passé :

    • 17 nuits en hôtels (chambre avec salle de bains privée, service de chambre, et services additionnels) ➡️ 311 €
    • 3 nuits en guesthouse (chambre avec salle de bains privée ou non, sans service additionnel, gérée par une famille ou une personne seule) ➡️ 47 € ;
    • 5 nuits en auberge de jeunesse (chambre sans salle de bains privée et/ou lits en dortoir) ➡️ 64 € ;
    • 2 nuits chez l’habitant lors du trek Kalaw – Lac Inle ➡️ nuits comptées dans les loisirs (voir ci-dessous) ;
    • 1 nuit en train et 2 nuits en bus ➡️ nuits comptées dans les transports (voir ci-dessous).

Nous avons dépensé 299 € pour manger (22.6 % du budget total).

Ce prix comprend nos petits-déjeuners, déjeuners, dîners et goûters. Il comprend aussi toutes les dépenses en supermarché, qui ne sont pas très nombreuses.

Nous n’avons pas trouvé que la nourriture au Myanmar était transcendante. La cuisine birmane est assez huileuse et grasse. On a également trouvé qu’elle n’était pas très variée. Heureusement, les plats de l’Etat Shan (Est du pays) sont bons, notamment les Shan Noodles, et il y a beaucoup d’inspirations thaïes, indiennes ou chinoises dans les plats, ce qui nous a sauvé de la dépression culinaire !

💡 Pour info :

    • Le prix moyen d’un plat de nouilles du Shan (« Shan Noodles ») : 1.5  € dans un restaurant ordinaire ;

👩🏻‍🍳 Le plat préféré de Garance :  les Shan noodles, ou les délicieux plats préparés par Maung-Lan, notre guide lors du trek Kalw-Inle ;
👨🏻‍🍳 Le plat préféré d’Adrien : les Shan noodles, sans hésiter.

👉 Retrouvez nos bonnes adresses dans la carte ci-dessus !

Nous avons dépensé 288 € pour les transports (21.8 % du budget total). 

Au Myanmar, nous avons vécu beaucoup de premières fois logistiques: premier scooter électrique et non électrique que nous conduisions de notre vie, premiers tuk-tuks empruntés, première montée à l’arrière d’un pick-up (Pékin Express Style !)…

En détail :

    • Les trains : 1 train de nuit (20h pour 500 km…) ➡️ 20 € ;
    • Les bus « longue distance » : entre deux villes ou villages, de jour comme de nuit ➡️ 111 € ;
    • Les transports en commun en ville : nous avons emprunté quelques fois des bus de ville ou des pick-up collectifs ➡️ 2 € ;
    • Les taxis / tuk-tuk ➡️ 66 € ;
    • Les bateaux  ➡️ 64 € ;
    • Les scooters, essence compris ➡️ 25 € ;
    • Les vélos, mis à disposition par notre hôtel ➡️ 0 €.

Les routes au Myanmar sont généralement en piteux état. De ce fait, et parce qu’en plus cela porte malheur de prédire une heure d’arrivée exacte, les trajets d’une poignée de kilomètres se transforment en une épopée digne des films d’aventures… La quête d’un objet rendant invisible en moins.

Les bus de nuit de la compagnie JJ’s sont plutôt confortables, si l’on met de côté la climatisation qui marche à plein régime et glace les os. Quant aux bus « de jour » longue distance, ce sont souvent d’anciens bus japonais ou coréens des années 90, qui ont trouvé une nouvelle vie. Pour le coup, la climatisation ne vous fera aucun mal puisqu’elle est inexistante.

Quitte à prendre le temps de voyager, nous avons opté à plusieurs reprises pour des moyens différents du bus : bateau ou train. Et nous avons adoré !

💡 Bon à savoir : En réservant vos transports depuis votre hôtel, le prix (légèrement gonflé), inclura le tuk-tuk ou le pick-up depuis l’hôtel jusqu’au point de rendez-vous. Assurez-vous néanmoins que l’heure du pick-up est effectivement arrangée. Nous avons eu quelques mauvaises surprises.

Nous avons dépensé 291 € pour les loisirs (22.0 % du budget total). 

Ce budget comprend principalement le coût de notre trek de Kalaw au lac Inle, incluant les hébergements chez l’habitant, les repas gargantuesques, la paye de notre guide -privé -, l’embarcation sur le lac Inle pour rentrer à Nyaung Shwe, ou encore le transfert de nos sacs à dos.

On vous recommande chaudement cette expérience, et notamment avec notre guide Maung-Lan, que vous pouvez contacter par e-mail à cette adresse : maung.lan11@gmail.com .

Ce budget comprend aussi les quelques souvenirs que nous avons achetés, les massages ou autres visites effectuées. 

    • Le trek ➡️ 110 € ;
    • Les visites ➡️ 102 € ;
    • Les massages, 5h chacun en cumulé ➡️ 54 € ;
    • Les souvenirs et le shopping ➡️ 25 €.

💡 Bon à savoir : Comme pour le visa, le ticket d’entrée pour Bagan est valable trois jours à partir du lendemain de l’achat.

Nous avons remarqué qu’en tant que touriste étranger, nous avions à payer plus cher que les locaux. Au début, nous n’étions pas choqués, nous avions déjà été confrontés à ce genre de coutume dans d’autres pays. Et puis les prix n’étaient pas hallucinants pour nous.

Mais ce qui nous a chagriné, c’est que cet argent n’est pas toujours utilisé pour restaurer les édifices ou pour les entretenir…

Nous avons dépensé 22 € de frais divers (1.7 % du budget total). 

Ce poste de dépense comprend l’amende pour le dépassement de visa (12 USD), un « tuk-tuk-pick-up dépanneur » après une crevaison, un passage chez le coiffeur pour Adrien (1,50 € !), et des petites bricoles achetées (lames de rasoir, mouchoirs, …).

Dans cet article, nous détaillons uniquement nos dépenses sur place. Cependant, si vous envisagez de partir au Myanmar, vous ne devez pas oublier le coût du visa (50 USD en février 2020) et du vol long courrier pour vous y rendre.

Nos impressions

Discuter avec notre guide Maung-Lan, et, grâce à lui, avec les familles qui nous ont reçues tout au long de notre trek, et en apprendre beaucoup sur le Myanmar, son agriculture, sa politique, ses gens (…) ;

Faire la rencontre de Christelle, qui a partagé le trek avec nous, ou de Kévin, avec qui on a partagé plusieurs repas et un coucher de soleil ;

Le fait que le Myanmar soit encore un peu préservé du tourisme de masse : les infrastructures n’ont pas encore été modifiées pour accueillir des milliers de personne par jour, et les birmans ne prennent pas les touristes étrangers pour des liasses de billets ambulantes ;

La riche et compliquée histoire du pays, que l’on connaissait très peu, et qui a rendu notre découverte encore plus intéressante ! 

La gentillesse franche, presque enfantine, et la bienveillance des birmans : on retiendra tous les sourires, les « coucous », les demandes de prise en photos parce que très intrigué(e)s de nous voir, les fruits offerts par des personnes qui ont bien moins que nous, mais un cœur très grand… 

Le fait que le pays soit au ralenti : cela peut paraître étrange, mais cela nous a permis de lâcher un peu plus prise et de ne penser qu’au futur très proche ;

Les efforts qui commencent à être pris pour le bien-être des animaux, notamment les chiens : campagnes de piqûres anti-rabiques, médicaments de stérilisation… Mais il y a encore beaucoup de pain sur la planche !

  • Le fait qu’une grande partie de la population, homme comme femme, chique le bétel, cette espèce d’herbe rouge, qui donnent au crachat qui accompagnent la pratique une couleur rouge ocre – rouge sang… Bon appétit ! 
  • Cela va de pair avec le premier point… Les crachats, avec ou sans bétel, et particulièrement ceux effectués d’une fenêtre de voiture à l’avant, alors que la fenêtre arrière, où l’on se trouvait, était ouverte… 
  • Constater que la mode est ici toute autre : homme comme femme porte le longyi, une espèce de jupe longue, nouée à la taille. Le tissus et la manière de le nouer sont différents selon le sexe. 
  • Le fait que les familles qui nous recevaient lors du trek ne souhaitaient pas manger avec nous, par honte et peur de qui elles étaient par rapport à nous. Nous étions très étonnés, et même très peinés de la façon dont elles se voyaient vis-à-vis de nous.
  • Les portraits de moines absolument partout dans les rues, près des temples, partout ! Il s’agissait de portraits présentant les moines du quartier, mais nous nous serions crus en période d’élection électorale en France !
  • Les chiens squelettiques qui errent dans les rues en attendant la mort ;
  • Les moines bouddhistes, qui comptent souvent comme les personnes les plus riches d’un village ou d’un comté, qui roulent dans des voitures luxueuses pour le pays mais… Qui viennent faire la manche auprès des populations, puisque la coutume en est ainsi ;
  • Le sexisme dans les temples : il y a beaucoup de restrictions vestimentaires pour les femmes (ne pas montrer ses épaules, ses genoux, ses cuisses, ne pas avoir de pantalon moulant…), et surtout, certains temples ou pagodes sont interdits d’accès à la gente féminine ! L’explication ? Les règles nous rendent impures !
  • Voir des enfants travailler dans les champs, à des âges où ils devraient être à l’école ;
  • Enlever nos chaussures pour entrer dans chaque édifice bouddhiste, même les temples en ruines tapis de crottes d’oiseaux à Bagan… ;
  • La bouffe birmane (exception faite de certains plats de l’Etat Shan ou des petits plats mitonnés par notre guide Maung-Lan) : contrairement à Odeline, nous ne sommes pas des addict de l’huile en plat de résistance ! Et manger du riz sauté à chaque repas n’est pas forcément des plus sympathiques… 

Quelques informations en plus

  • Documents demandés ? un visa, à demander entre trois mois et une semaine avant l’arrivée dans le pays ;
  • Décalage horaire avec la France ? Il y a 4h30 de décalage en été. Quand il est midi en France, il est 16h30 au Myanmar ; et 5h30 en hiver.
  • Langue parlée ? Le Birman ;
  • Monnaie utilisée ? Le kyat (prononcé « tchate ») : 1 € = 1670 MMK (novembre 2019) ;
  • Quel courant électrique ? C’est le même voltage qu’en France (220 volts), et les types de prises sont nombreux (types C, D, F et G) Vous aurez besoin d’un adaptateur pour les prises D et G ;
  • 👉 Pensez à toujours avoir avec vous de quoi vous couvrir les épaules et / ou les genoux (surtout si vous êtes une femme) lorsque vous entrez dans un temple, afin d’éviter la bavure !

Nos 5 photos favorites

Dans les mois à venir, nous allons essayer de publier des articles plus détaillés sur notre séjour au Myanmar. Restez connectés ! 

Vous pouvez aussi visionner toutes nos photos dans la galerie dédiée 📷.

Si vous avez aimé notre article, n’hésitez pas à le partager autour de vous, et à nous laisser un commentaire ❤️

Nos Pas en Avant est le blog de voyage de Garance et Adrien, deux aventuriers des temps modernes qui ont décidé de parcourir le monde. Récits de voyages, anecdotes insolites ou décalées, bons plans et photos léchées, dignes d'une présence en encart publicitaire dans les gares de France - ou pas - ponctueront vos visites.

2 Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

mattis Curabitur commodo elementum pulvinar Aenean ut leo amet, risus dolor. massa