Santé

Prendre soin de sa santé en voyage

Vous êtes en train de préparer vos sacs à dos pour partir à l’aventure. Vous vous sentez libres et vous n’avez qu’une pensée « On ne vit qu’une fois, YOLO ! » (comme disent les jeunes !).

Justement, les amis ! Vous ne vivez qu’une fois, et ce serait un peu bête de ne pas pouvoir profiter de votre belle épopée parce que vous n’avez pas pensé à votre trousse à pharmacie ! Je pense qu’une tourista carabinée n’est pas des plus agréables si, en plus, vous n’avez rien pour la soigner !…

Avant de partir, nous avons pris plusieurs rendez-vous avec des médecins divers et avons concocté une trousse à pharmacie du tonnerre ! 

Nous partageons avec vous nos astuces pour prendre soin de sa santé en voyage !

(Bien sûr, il ne s’agit-là que de conseils, et nous ne remplacerons jamais une consultation médicale en bonne et due forme !)

Dans cet article, vous trouverez :

 Une liste des check-up médicaux que nous avons effectués avant de partir ;

 Un aperçu de notre trousse à pharmacie.

Quelques rendez-vous chez le(s) médecin(s)

Même si l’on est en bonne santé, le bilan médical pré-voyage nous semblait être une évidence. C’était peut-être même encore plus important que la réservation de nos billets d’avion.

En France, nous avons un accès au soin facilité, et nous sommes surtout habitués au climat, à l’environnement dans lequel nous évoluons. En cas de problème, nous pouvons consulter sans difficulté notre médecin. En revanche, une fois partis, nous ne savons pas comment notre organisme réagira, et nous préférons anticiper tous problèmes. C’est que se faire arracher une dent dans la campagne laotienne n’est pas sur notre bucket list !

C’est pourquoi avant de partir nous avons décidé de consulter certains praticiens afin d’être parés pour l’aventure. Bien sûr, nous ne sommes pas à l’abri d’un pépin, mais nous en éviterons beaucoup d’autres. Nous avons décidé de consulter : 

Nous avons consulté notre médecin traitant pour effectuer un bilan général de santé tant sur nos vaccinations que nos éventuels antécédents médicaux, ou nos terrains allergiques. Elle nous a aiguillé également sur la trousse à pharmacie parfaite et nous a donné plusieurs conseils d’ordre général.

Nous avons pris rendez-vous dans un centre de vaccinations internationales, afin de faire un bilan de santé plus poussé en fonction des pays que nous explorerons, des conditions de visite, et de nos antécédents. Lors de la consultation, la médecin nous a conseillés plus amplement sur la trousse à pharmacie idéale. Nous avons ensuite été vaccinés contre certaines maladies, dont les vaccins ne peuvent être effectués qu’en centre. Si vous souhaitez en savoir plus, Adrien traite du sujet des vaccins dans un article dédié

Nous avons pris rendez-vous avec notre dentiste pour effectuer un bilan dentaire de routine. Elle a observé si nous n’avions pas de problème particulier. Comme nous lui avons précisé que nous partions en voyage, elle nous a recommandé de nous faire retirer nos quatre dents de sagesse, qui nous poseraient problème un jour ou l’autre. C’est ainsi que nous nous sommes chacun délestés de nos quatre dents de sagesse (elles ne passaient pas en valise cabine en plus…).

Nous sommes passés par la case « ophtalmo », pour faire contrôler notre vue et vérifier que nous n’avions pas de souci de vision. Nous sommes même allés au-delà, et avons décidé de nous faire opérer (chirurgie réfractive au laser) pour ne plus porter de corrections. Nous hésitions depuis longtemps à le faire, puis nous avons trouvé qu’il serait plus judicieux de se faire opérer avant de partir en voyage, afin d’éviter d’avoir à emporter tout le nécessaire pour porter des lentilles, nos lunettes et les lunettes de soleil à notre vue, celles pas à notre vue… Bref, c’était pour nous une sage décision.

Et enfin, je suis allée voir ma gynécologue, d’abord pour une visite de contrôle comme chaque année, mais aussi pour changer ma contraception et me faire poser un stérilet. C’est un moyen de contraception que je trouve plus pratique pour le voyage que nous allons effectuer, qui m’évitera d’emporter plusieurs plaquettes de pilules, que je risque d’oublier avec les décalages horaires, et que mon organisme n’a jamais vraiment apprécié. Mais évidemment, je vous invite à prendre rendez-vous avec votre médecin pour faire le point, car à chacune correspond son moyen de contraception.

Cette liste peut très bien être complétée en fonction de votre santé et de vos craintes. Vous pouvez par exemple ajouter une visite chez votre dermatologue si vous avez la peau très sensible, ou chez un ostéopathe pour préparer vos articulations.

Ne négligez pas cette étape, qui vous rassurera d’une part, mais qui d’autre part vous évitera certaines frayeurs par la suite.

Une trousse à pharmacie qui déchire

Avec l’aide des médecins que nous avons consultés, ainsi qu’en glanant des informations ici et là sur différents blogs de voyageurs avertis, nous avons pu constituer notre trousse à pharmacie pour nos 10 mois de voyage. Nous la voulions efficace, légère, et nous pensons avoir le nécessaire pour les premiers secours et les petits tracas.

On vous fait visiter !

Le contenu de notre trousse à pharmacie

Nous vous emmenons faire un tour dans notre trousse à pharmacie, notre petit centre médical ambulant. Certes, nous n’aurons pas de défibrillateur ou de chariot de réanimation avec nous, mais après essai, ces petits ustensiles ne rentraient malheureusement pas dans nos sacs à dos.

Cette liste est plutôt basique, et peut vous aider fortement. Mais nous vous invitons à vous faire aiguiller par vos médecins ou votre pharmacien si vous avez une quelconque allergie à l’une des substances ou si vous avez des problèmes médicaux propres.

Nous avons demandé à notre médecin d’inscrire la Dénomination Commune Internationale (DCI) à côté de chaque médicament prescrit. Il s’agit du nom de la substance active du médicament, défini par l’Organisation Mondiale de la Santé, et permettant d’identifier le médicament dans un grand nombre de langues. 

Note : pour chaque médicament, nous avons précisé son rôle, le nom commercial, ainsi que sa DCI si nous l’avions. Si vous êtes sur le point de partir, cela pourra vous aider !

Les médicaments sous forme de comprimés

  • Des antalgiques (Doliprane), contre les douleurs (DCI : paracétamol) ;
  • Des antispasmodiques (Spasfon Lyoc), contre les maux de ventre (DCI : phloroglucinol) ;
  • Des anti diarrhéiques (Tiorfan), contre les virus de type gastro (DCI : racécadotril) ;
  • Des antiémétiques (Vogalene Lyoc), contre les nausées, vomissements, ou pour calmer le mal des transports (DCI : métopimazine) ;
  • Des antibactériens intestinaux (Ercéfuryl), contre les touristas et intoxications alimentaires (DCI : nifuroxazide);
  • Des antihistaminiques (Zyrtecset), contre les allergies (DCI : cétirizine) ;
  • Des pastilles pour la gorge (Strepsils Lidocaïne), contre les maux de gorge (DCI : lidocaïne chlorhydrate ; alcool dichlorobenzylique ; amylmétacrésol).

Les crèmes et autres médicaments à appliquer sur la peau

Dans cette catégorie, nous avons tant des produits prescrits par nos médecins, que des produits de parapharmacie ou naturels (on se la joue marabouts).

    • Un répulsif antimoustiques cutané (Insect Ecran – Zones Infestées), pour se protéger des piqûres de moustiques (choisir un répulsif composé à au moins 50% de DEET) ;
    • Un insecticide à appliquer sur les tissus (Insect Ecran – Vêtements), pour repousser les nuisibles ;
    • Une crème solaire indice +50 (Photoderm Bronz chez Bioderma), contre les coups de soleil ;
    • Un gel d’aloe vera (trouvé chez Aromazone), aux multiples vertus : hydratant, après-soleil, apaisant et cicatrisant en cas de piqûres de moustiques (…) ;
    • Des sticks à lèvres (Bioderma), pour éviter le desséchement ;
    • Un anti-inflammatoire (Synthol), pour apaiser en cas de coups, de bleus (DCI : acide salicylique ; lévomenthol ; résorcine ; vératrol) ;
    • Un antiseptique (Diaseptyl), pour désinfecter les plaies (DCI : chlorhexidine gluconate solution) ;
    • Du sérum physiologique (trouvé en supermarché), pour nettoyer les yeux, ou les petites plaies ;
    • Un collyre universel antiseptique (Borax), pour nettoyer les yeux en cas d’irritation (DCI : acide borique ; sodium borate) ;
    • Des pommades multi-usages (Baumes du Tigre blanc et rouge Tiger Balm), le baume blanc contre les maux de tête et les états grippaux et le baume rouge pour les douleurs articulaires ;
    • Des huiles essentielles multi-usages – huiles essentielles de menthe poivrée et d’arbre à thé (chez Aromazone), pour diverses utilisations (⚠️ Attention ! Les huiles essentielles, sous prétexte qu’elles sont naturelles, n’en restent pas moins puissantes ; il ne faut pas les utiliser à la légère, puisque mal utilisées, elles peuvent être toxiques).

Pansements, ustensiles et produits divers

    • Des pansements stériles, pour protéger nos plaies et bobos ;
    • Des pansements gras, pour aider à la cicatrisation des brûlures et plaies suintantes (miam) ;
    • Des pansements contre les ampoules ;
    • Des sutures adhésives, en cas de coupures un peu profonde ;
    • Des pastilles purificatrices d’eau (Micropur Forte), en cas de doute lorsque l’on souhaite boire ou nettoyer des aliments ;
    • Une solution hydro alcoolique (Assanis), pour se désinfecter les mains lorsque nous n’avons pas d’eau et de savon ;
    • Des lingettes antibactériennes (Preven’s), pour désinfecter nos mains ;
    • Des cotons et cotons tiges jetables, pour désinfecter des plaies, nettoyer (…) ;
    • Des paquets de mouchoirs ;
    • Une pince à épiler, pour retirer les corps étrangers (et s’épiler les sourcils…) ;
    • Un tire-tique, pour déloger ces vilaines bestioles ;
    • Une petite paire de ciseaux ;
    • Un thermomètre digital ;
    • Une couverture de survie, si c’est vraiment la cata ;
    • Et, le meilleur pour la fin, un rouleau de papier toilettes (chacun).

Et le paludisme dans tout ça ?

Vous remarquerez peut-être que nous ne partirons avec aucun médicament contre le paludisme

Vous avez sûrement déjà entendu parler de cette maladie. C’est une infection transmise par des moustiques et provoquant une forte fièvre, souvent accompagnée de problèmes digestifs, de courbatures, de maux de tête, de fatigue et de toux. Le paludisme est mortel s’il n’est pas soigné à temps. Il n’existe aucun vaccin, pour le moment. En revanche, il est possible de suivre un traitement antipaludique préventif, sous forme de comprimés. Et en cas de symptômes, il existe un traitement curatif. 

Sur ces explications fort sympathiques, vous vous demandez donc, à juste titre, pourquoi nous ne prévoyons aucun médicament pour contrer cette maladie. Sommes-nous fous ? 

La médecin du voyage que nous avons rencontrée nous a expliqué que le traitement préventif ne pouvait être pris plus de trois mois d’affilée. Nous partons 9 mois en Asie, et il n’aurait pas été possible de prendre le traitement en continu. La praticienne a également mis en avant les effets indésirables multiples de la prise de traitement préventif, qui, selon elle, seraient beaucoup plus contraignants pour nous que de ne rien prendre, au regard du faible risque d’être contaminés. En effet, nous n’allons pas nous déplacer dans des zones trop infectées. Certes elles le seront toujours plus que dans nos chères contrées françaises, mais moins qu’en Afrique par exemple. 

Ainsi, la médecin n’a pas jugé nécessaire de nous prescrire ces médicaments. Elle nous a recommandé en revanche de toujours appliquer du répulsif cutané anti-moustique, ainsi qu’un insecticide sur nos vêtements et sacs à dos

Bien entendu, si vous comptez partir à l’aventure, prenez rendez-vous avec votre médecin traitant, a minima, et avec un médecin du voyage si vous le pouvez, pour faire le point et déterminer si vous devez ou non emporter avec vous des comprimés antipaludiques.

Les bonnes astuces en plus

Afin de nous constituer une trousse à pharmacie optimale, nous avons appliqué quelques petites astuces simples, pour réduire son poids et éviter les catastrophes. C’est cadeau, je vous délivre mes bons plans « Garance les bonnes astuces ».

Nous avons recyclé les boîtes en cartons, et avons gardé simplement la plaquette avec la notice, attachées ensemble avec un petit élastique ;

Nous avons ensuite réparti les médicaments dans des petits sacs congélation, pour les protéger mais aussi pour organiser au mieux l’intérieur de la trousse. Sur chaque sachet nous avons inscrit le nom des médicaments s’y trouvant ;

Dans un autre sachet congélation, nous avons glissé les ordonnances, que nous avons également scannées et stockées sur Google Drive ; le but est d’éviter toute embuscade en douane ;

Nous avons téléchargé les notices de tous les médicaments sur la Base de Données Publiques des Médicaments, et les avons stockées avec les ordonnances sur Google Drive ;

Nous avons scotché les bouchons aux bouteilles et flacons pour éviter les fuites ;

Nous avons privilégié les petits formats pour les liquides et les crèmes, et lorsque de grands formats nous ont été délivrés, comme par exemple pour le gel d’aloe vera, nous avons réparti dans plusieurs petits flacons de voyage ;

Enfin, nous avons choisi une trousse à pharmacie qui soit robuste, et que l’on puisse accrocher à un mur. Nous avons opté pour une trousse de toilette Décathlon, tout simplement.

Vous connaissez maintenant nos « secrets santé » (comme les Youtubeuses beauté, mais à la sauce médicale !).

Pensez-vous que nous sommes parés pour l’aventure ?

Si vous en voulez plus, n’hésitez pas à aller consulter notre article sur les vaccins pour un long voyage, ou au sujet de notre assurance voyage ! 

Si vous avez aimé notre article, n’hésitez pas à le partager autour de vous, et à nous laisser un commentaire ❤️

Hello ! C'est Moi Garance, la co-pilote de Nos Pas en Avant. J'ai décidé avec Adrien de parcourir le monde, parce que je suis beaucoup trop curieuse. En septembre 2019, nous nous envolerons pour notre grand Tour d'Asie. Je partage avec vous nos anecdotes de voyage et nos bons plans (de manière décalée ou façon roman-fleuve).

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

sem, tristique justo tempus libero lectus diam dictum suscipit vulputate,